Bamyan, la vallée des Buddhas détruits

Située entre les masses énormes de l’Hindou-Kouch et du Koh i Baba, la vallée de Bamiyan est comme protégée. Les Bouddhas géants (53 et 35 mètres), aujourd’hui détruits, régnaient sur un paisible village. Aujourd’hui, la ville et le bazar sortent peu a peu de l’ immobilisme de ces dernières années.

Les bouddhas furent édifiés suite à l’installation vers l’an 100 après Jésus Christ de missionnaires bouddhistes de Kanishka. Au milieu du troisième siècle, tandis que les empires s’effondrent, Bamiyan tombe au mains des Sassanides d’Iran. Actuellement, les archéologues avec l’aide de l’UNESCO restaurent les bouddhas. Il faut savoir que ces chefs d’œuvres sont classés au patrimoine mondial de l’UNESCO. Vers 700 , après avoir anéanti l’empire sassanide, les Arabes destituent le roi de Kaboul. l’islamisation et l’arabisation de l’ensemble du pays ne modifient absolument pas la vie religieuse de la citée. Après les deux siècles de conquêtes, les Arabes perdent leurs provinces orientales au profit des tribus turques qui finissent par annexer toutes leurs possessions au Sud de l’Hindou-Kouch. Vers 980, le gouverneur turc de Balck marche sur Ghaznî. Le roi de Bamiyan tente avec son armée de lui faire obstacle mais en vain. Celle-ci fut complètement anéantie. Pour avoir la vie sauve les habitants embrassent l’Islam. Peu à peu, Bamiyan se détourne de ses idoles géantes pour ne plus se prosterner que vers la Mecque. Nous sommes aux environs du 11eme siècle. En sortant de Bamiyan, et après une trentaine de kilomètres de piste, se dresse les vestiges de la ville rouge. Les Afghans la nomme Shar-i- Zohak. Construite au 6eme siècle par les Turcs, elle devint une place forte supplémentaire comme il en existe déjà d’autres, afin de surveiller et protéger la région. Cette ville semble avoir été taillée dans la montagne tant ses ouvrages ne font que compléter les défenses déjà naturelles du site. Des lambeaux de murailles sont encore debout . Cette garnison abritait environ 400 hommes mais pouvait contenir jusqu’à 3000 hommes en période troublée. L’autonomie était illimitée, l’approvisionnement en eau s’effectuait par des souterrains captant l’eau des rivières. A l’aube du jour de l’an, vers 1222, un jeune Mongol s’apprêtait à donner l’assaut de cette forteresse. Ce n’était autre que le petit fils de Gengis Khan. Il fut mortellement blessé et bien sur la douleur du conquérant fut très grande. Sa vengeance fut terrible. La ville de Bamiyan fut entièrement rasée, la population massacrée , les canaux d’irrigation détruits. Le pays ne se releva jamais de ce désastre. Après la ville rouge, le premier objectif de Gengis Khan fut la cité des murmures. C’était la ville et la citadelle de Bamiyan. Gengis Khan, par vengeance, à fait enfermer tous les habitants et à détruit la cité. Tous les habitants furent ensevelis vivants. La légende raconte que pendant longtemps on entendit leurs appels d’où le nom de la cité des murmures.

 

Quelques détails

  • Coordonnées : 34° 49′ 55″ Nord 67° 49′ 36″ Est